Rseaux de centres d'excellence
Gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Former les travailleurs de première ligne qui peuvent mettre la recherche en pratique

Kelly Kay ne s’était jamais considérée comme chercheuse. Pourtant, grâce à un programme de formation unique offert par le réseau Technology Evaluation in the Elderly (TVN), la directrice générale du Seniors Care Network a obtenu une bourse de recherche de deux ans qui arrive à terme et qui lui donne des visées sur un doctorat. Son but est d’aider son organisation et d’autres organisations similaires à mieux comprendre comment la technologie peut améliorer les soins prodigués aux personnes âgées fragiles gravement malades et à donner un meilleur soutien aux familles et au personnel soignant.

Mme Kay est l’une des quelque 120 professionnels, étudiants de premier cycle et étudiants diplômés qui participent au programme du réseau TVN. Ce programme, qui a été élaboré en partenariat avec des intervenants, met l’accent sur l’expérience concrète plutôt que sur l’apprentissage traditionnel en classe. Il est basé sur des disciplines et des secteurs essentiels à l’amélioration des soins prodigués aux personnes âgées fragiles, notamment la médecine, les sciences infirmières, la réadaptation, les sciences biomédicales, la nutrition, le génie, le droit, le travail social et la théologie. Et, contrairement à la plupart des programmes de formation, les stagiaires travaillent en collaboration étroite avec les « utilisateurs finaux » cruciaux, c’est-à-dire les personnes âgées fragiles, leur famille et le personnel soignant qui, au bout du compte, profiteront de la nouvelle technologie.  

Les programmes de bourses et de bourses d’été pour étudiants du réseau TVN, qui ont été lancés en 2013, permettent aux stagiaires de travailler à une vaste gamme d’initiatives de recherche dont les résultats peuvent être transformés en connaissances et en produits concrets, par exemple l’élaboration de chaussures antidérapantes haute technologie, l’utilisation d’exposés numérisés pour améliorer la compréhension du vieillissement, la création de programmes de conditionnement physique et l’évaluation de stratégies interculturelles pour la planification des soins.

Mentors Bryna Rudner (left) and Paula Rudner (centre) help Kelly Kay ensure the views of seniors are always front and centre.

Les mentors Bryna Rudner (à gauche) et Paula Rudner (au centre) aident Kelly Kay à veiller à ce que l'opinion des personnes âgées soient prise en compte.

« Le programme a déjà changé la façon dont les stagiaires perçoivent les besoins des personnes âgées fragiles et du personnel soignant et les possibilités de travailler avec des personnes d’autres disciplines et secteurs. Ces connaissances ne s’apprennent pas dans un livre ou un camp d’entraînement. Elles doivent s’acquérir par l’expérience », déclare Denise Stockley, psychologue scolaire à la Queen’s University, qui a contribué à la conception du programme de formation du réseau TVN.

Mme Stockley ajoute qu’il est particulièrement important que les stagiaires comptent autant des étudiants que des professionnels qui travaillent déjà dans le domaine. « La population de personnes âgées fragiles augmente, et les nouveaux venus dans le domaine ne suffiront pas à la tâche. On a besoin d’intervenants à tous les niveaux qui sont prêts à adopter un point de vue différent. »

Grâce à la portée nationale du réseau TVN, Mme Kay collabore désormais avec des ingénieurs et des concepteurs de logiciels pour explorer l’utilisation pratique et les limites de la technologie, afin d’offrir aux personnes âgées des évaluations gériatriques complètes plus proches de leur résidence.

« Actuellement, lorsqu’un vendeur me vante les mérites d’une nouvelle technologie destinée aux personnes âgées, je n’ai aucun moyen de l’évaluer. Les travaux de recherche que je réalise avec le réseau TVN aideront les organisations à prendre des décisions plus éclairées au sujet des technologies les plus pertinentes pour leurs clients, leur famille et le personnel qui prodigue des soins », explique Mme Kay, qui a travaillé dans le secteur des soins de santé pendant 26 ans, dont 17 ans dans des postes d’administration et d’élaboration de politiques.

Dans le cadre de son projet, Mme Kay explore aussi comment améliorer la vidéoconférence pour offrir aux personnes âgées des évaluations gériatriques interprofessionnelles complètes dans leur maison. Pour aider une personne âgée fragilisée à obtenir les soins dont elle a besoin, il faut commencer par faire une évaluation gériatrique. Mais ces évaluations sont habituellement faites dans un centre urbain où de nombreuses personnes âgées ont de la difficulté à se rendre.

Ce problème a été particulièrement criant dans le Seniors Care Network, qui fait partie du Réseau local d’intégration des services de santé du Centre‑Est dont le territoire s’étend de Scarborough au nord jusqu’au compté de Haliburton et à Campbellford à l’est. Mme Kay a constaté qu’environ 30 % des clients finissaient par annuler leur rendez‑vous.

« Je fais cette constatation en tant qu’administratrice dans le secteur de la santé et non en tant que chercheuse, déclare Mme Kay, qui travaille sous la supervision de Brenda Gamble à l’Institut universitaire de technologie de l’Ontario. C’est pourquoi je suis intéressée à savoir comment les professionnels de la santé utilisent la technologie, ce que les personnes âgées et leur famille pensent de la technologie et comment l’opinion des personnes âgées influe sur la conception de la technologie. »

Les mentors – des professionnels d’une discipline connexe, des patients ou des membres du personnel soignant – représentent l’un des piliers du programme. Selon les stagiaires, ils ont contribué à renforcer leurs connaissances, à élargir la portée de leurs travaux et à accroître la pertinence de leurs projets. Grâce à deux de ses mentors, Paula Rudner âgée de 65 ans et Bryna Rudner âgée de 92 ans, Mme Kay s’assure que les opinions des personnes âgées sont toujours au cœur de son projet. « Leurs commentaires m’aident à formuler des questions et des idées qui sont pertinentes pour les personnes âgées. J’ai tant appris auprès de ces deux personnes. »

La carrière de chercheuse de Mme Kay ne se terminera pas lorsque sa bourse prendra fin en septembre 2015. En plus de mettre en pratique au Seniors Care Network ce qu’elle aura découvert, elle entreprendra un doctorat en éducation des adultes et en développement communautaire à l’Ontario Institute of Studies in Education (University of Toronto) dans le cadre d’un programme réalisé en collaboration avec l’Institute of Life Course and Aging.

« Cette expérience m’a donné la motivation et le courage nécessaires pour m’inscrire à un programme de doctorat, conclut Mme Kay, une chose que je n’aurais jamais envisagée auparavant. »