Rseaux de centres d'excellence
Gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Réseau d’innovation en nanomédecine - RdIN

18,5 millions de dollars pour 2019-2024
Réseau d’innovation en nanomédecine

Siège social
University of British Columbia, Vancouver (Colombie-Britannique)

Chef de la direction et directeur scientifique
Pieter Cullis Pieter Cullis

Président du conseil d’administration
Don EnnsDon Enns
vice-président et directeur mondial, Systèmes de libération des médicaments, Evonik Industries

Faire progresser la nanomédecine pour vaincre la maladie


L’occasion

Les nanomédicaments, ou médicaments « intelligents » qui emploient diverses formes de nanotechnologie, sont susceptibles d’avoir une incidence révolutionnaire sur le développement de médicaments. Des nanomédicaments anticancéreux pourront notamment être administrés avec plus de précision sur les sites de la maladie, ce qui améliorera considérablement l’efficacité, réduira la toxicité et permettra l’emploi de thérapies géniques utilisant l’ARN et l’ADN qui ont le potentiel de traiter la plupart des maladies humaines. En outre, les diagnostics et les agents d’imagerie basés sur la nanotechnologie nous permettront de déceler les maladies plus tôt et de suivre l’efficacité des thérapies avec plus de précision.

Comment le RdIN saisit l’occasion

Le Réseau d’innovation en nanomédecine (RdIN) mobilise des intervenants des milieux universitaire et industriel ainsi que des organismes de recherche sans but lucratif pour maintenir et améliorer la position du Canada en tant que chef de file mondial de la mise au point de nanomédicaments de la prochaine génération. Le RdIN élabore des thérapies novatrices pour guérir les maladies humaines qui représentent un lourd fardeau, élabore de nouveaux diagnostics pour déceler les maladies avec plus de précision et commercialise ces produits pour apporter aux Canadiens des avantages sur le plan économique et de la santé. De plus, le RdIN forme la main-d’œuvre qualifiée dont a besoin l’industrie croissante de la nanomédecine.

Quelques résultats attendus

  • Mettre au point au moins sept nouveaux nanomédicaments pour améliorer le traitement du cancer et traiter les maladies héréditaires et concéder une licence à des entreprises partenaires pour leur utilisation.
  • Élaborer au moins trois nouveaux diagnostics basés sur la nanotechnologie qui permettent de déceler et de traiter les maladies avec plus de précision et concéder une licence à des entreprises partenaires pour leur utilisation.
  • Créer au moins 75 nouveaux emplois hautement spécialisés, résultant de l’expansion des entreprises partenaires existantes et de la création d’au moins 10 nouvelles entreprises.
  • Former au moins 350 personnes hautement qualifiées pour répondre aux besoins urgents de l’industrie canadienne de la nanomédecine et s’assurer que notre main-d’œuvre est concurrentielle à l’échelle mondiale.

Pour en savoir plus sur RdIN

 

Nouvelles
Le 16 avril 2019