Rseaux de centres d'excellence
Gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Les jeunes Canadiens et les personnes atteintes de maladies mentales bénéficieront d’un nouvel appui aux collaborations en recherche

Le gouvernement du Canada investit 4,8 millions de dollars dans des réseaux qui échangeront des connaissances et des pratiques exemplaires à l’échelle internationale sur les services de santé mentale et les systèmes de santé

Le 6 juin 2017– Ottawa (Ontario) – Réseaux de centres d’excellence

Les chercheurs canadiens en santé travaillent fort pour que leurs découvertes se retrouvent entre les mains des conseillers, des médecins et du personnel infirmier qui sont aux premières lignes et qui appuient le rétablissement de leurs patients. Le gouvernement du Canada apprécie leurs contributions importantes qui aident à faire en sorte que les personnes les plus vulnérables de la société aient accès aux meilleurs services de santé et de santé mentale.

Aujourd’hui, Kate Young, secrétaire parlementaire pour les Sciences, au nom de l’honorable Kirsty Duncan, ministre des Sciences, et Joël Lightbound, secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé, Jane Philpott, ont annoncé un financement de 4,8 millions de dollars pour trois nouveaux réseaux dans le cadre de l’initiative de soutien international pour le transfert des connaissances (SITC) des Réseaux de centres d’excellence (RCE). Ces fonds appuieront des collaborations internationales axées sur les services de santé mentale et de lutte contre la toxicomanie offerts aux jeunes, les services de santé mentale offerts aux détenus et les pratiques exemplaires relatives à la chaine d’approvisionnement dans le secteur de la santé.

L’investissement a été annoncé aujourd’hui au Centre de santé mentale Royal Ottawa, où est établi l’un des bénéficiaires, soit Healthy Young People Everywhere (HYPE). Avec l’aide de ses partenaires étrangers, ce réseau répond à des priorités urgentes concernant la prestation des services de santé mentale et de lutte contre la toxicomanie auprès des jeunes, par exemple un accès rapide à des conseillers et des professionnels de la santé qui fournissent des soins indispensables. Le réseau mobilise les jeunes et leur famille, et fournit le cadre scientifique voulu pour s’assurer que la pratique et les politiques prennent en compte les données probantes.

Les deux autres bénéficiaires sont l’International Collaboration for Excellence and Innovation in Mental Health in Corrections (I-CEIsMIC) et le Supply Chain Advancement Network in Health (SCAN Health). Les partenaires recevront chacun 1,6 million de dollars au cours des quatre prochaines années.

Citations

La santé et la santé mentale des jeunes sont essentielles pour assurer la force et la vigueur du Canada d’aujourd’hui et de demain. Grâce à l’appui offert au réseau Healthy Young People Everywhere (HYPE), le gouvernement du Canada aide les fournisseurs de soins de santé à améliorer les soins de santé mentale et à enrichir la vie de jeunes Canadiens.
– L’honorable Jane Philpott, ministre de la Santé

En établissant des liens entre des chercheurs canadiens et leurs homologues à l’étranger, ces nouveaux réseaux accélèreront la découverte et l’innovation tout en renforçant les relations internationales du Canada. Puisque les trois réseaux qui reçoivent ce financement aujourd’hui concentrent leurs efforts sur la santé mentale des jeunes et des détenus des établissements correctionnels ainsi que sur les chaines d’approvisionnement dans le secteur de la santé, ils auront des retombées socioéconomiques favorables sur les Canadiens et la communauté mondiale.
– L’honorable Kirsty  Duncan, ministre des Sciences

Le gouvernement du Canada est fier d’appuyer les trois équipes de recherche dont les collaborations internationales permettront d’assurer la prestation de meilleurs services de santé à tous les Canadiens.
– Kate Young, secrétaire parlementaire pour les Sciences

Grâce à cet investissement dans ces trois nouveaux réseaux, le gouvernement du Canada aborde certaines des priorités les plus urgentes en matière de prestation de services de santé mentale et de lutte contre la toxicomanie en comblant les lacunes en matière de connaissances et en partageant les résultats de la recherche avec les patients, les fournisseurs de soins de santé et les décideurs qui ont besoin de ces renseignements essentiels.
- Joël Lightbound, secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé

La science n’a pas de frontières – simplement des limites. Pour innover, nous devons adopter une perspective mondiale. Nous devons collaborer avec les plus brillants, qu’ils se trouvent tout près de chez nous, à l’autre bout du pays ou ailleurs dans le monde. Or, c’est exactement l’objet visé par ces réseaux.
– B. Mario Pinto, président, Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie, et président, Comité de direction des RCE

Le Supply Chain Advancement Network in Health facilitera l’échange des connaissances et des pratiques exemplaires mondiales. Il permettra ainsi aux systèmes de santé de renforcer la capacité de leadership dans les chaines d’approvisionnement, d’accélérer l’adoption des pratiques exemplaires et de mesurer l’incidence de l’innovation dans la chaine d’approvisionnement du secteur mondial de la santé pour rehausser la qualité et la sécurité des services de santé dans le monde entier.
– Anne Snowdon, directrice, SCAN Health

 Nos systèmes actuels de santé mentale pour les jeunes ne sont pas viables. Les gouvernements, les fournisseurs de services, les chercheurs et les défenseurs de la cause de la santé mentale ne sont que quelques-uns des groupes avides de données probantes pour guider leurs efforts afin de créer des systèmes répondant mieux aux besoins globaux des jeunes. Ces intervenants ont aussi besoin de soutien pour mettre en œuvre ces efforts et en assurer la durabilité. Le réseau HYPE crée un lien important entre la politique et la pratique en recherche. Ce type de collaboration et d’intervention mondiales a plus que jamais sa place.
– Ian Manion et Steve Mathias, codirecteurs scientifiques, HYPE

Nous sommes ravis de promouvoir la vision selon laquelle I-CEIsMIC trouvera, élaborera, offrira, mettra en œuvre et diffusera des modèles permettant de fournir aux détenus des établissements correctionnels partout dans le monde les meilleurs services de santé mentale. Notre mission consiste à mettre sur pied un réseau de pointe regroupant des partenaires et des collaborateurs internationaux dans le but, à terme, d’améliorer la santé et le bienêtre des détenus, de renforcer la sécurité des établissements, de promouvoir la sécurité publique et d’alléger le fardeau économique lié à la criminalité. Notre équipe possède la solide formation universitaire, la vaste expérience en prestation de services et le leadership international voulus pour mener cette tâche à bien.
– Sandy Simpson, directeur scientifique d’I-CEIsMIC

Les faits en bref

  • Les réseaux se partageront 4,8 millions de dollars de 2017 à 2020.
  • SCAN Health (dont le siège social est établi à Windsor) s’attachera à réduire les erreurs médicales, à accroitre l’efficience et à améliorer les résultats pour les patients en mettant en œuvre des pratiques exemplaires dans la chaine d’approvisionnement, par exemple le suivi des produits et des processus de soins et l’automatisation de la gestion des stocks.
  • HYPE (dont le siège social est établi à Ottawa) répondra à des priorités urgentes au chapitre des traitements et à la nécessité d’améliorer la mise en commun des connaissances portant sur les services de santé mentale et de lutte contre la toxicomanie offerts aux jeunes au Canada et à l’étranger.
  • I-CEIsMIC (dont le siège social est établi à Toronto) mettra en œuvre un modèle de services de santé mentale axé sur des données probantes et destiné expressément à répondre aux besoins des détenus des établissements correctionnels.
  • L’initiative SITC-RCE, lancée en 2016, vise à renforcer les liens établis entre les chercheurs canadiens et leurs homologues étrangers et à en tirer parti. Elle s’inscrit dans le cadre des programmes des RCE. Les RCE font appel aux plus grands experts du Canada dans les domaines de la recherche, du développement et de l’entrepreneuriat et concentrent leur expertise sur des questions spécifiques et des domaines stratégiques.

Produits connexes

Document d’information

Liens connexes

Personnes-ressources

Michael Bhardwaj
Directeur des communications
Cabinet de la ministre des Sciences
Tél. : 343-291-2600

Relations avec les médias
Innovation, Sciences et Développement économique Canada
Tél. : 343-291-1777
Courriel : ic.mediarelations-mediasrelations.ic@canada.ca

Michael Dwyer
Conseiller en communications
Réseaux de centres d'excellence
Tél. : 613-996-7238
Courriel : michael.dwyer@nce-rce.gc.ca


Document d’information

Annonce du concours de subventions de l’initiative de SITC-RCE

L’initiative de soutien international pour le transfert des connaissances des Réseaux de centres d’excellence (SITC-RCE), récemment ajoutée aux programmes des RCE, vise à appuyer des collaborations internationales entre des réseaux, des centres, des consortiums et leurs partenaires pour accélérer le transfert des connaissances à des domaines revêtant un intérêt stratégique commun. Les réseaux se penchent sur des problèmes, des défis ou des possibilités clés d’une grande importance stratégique en vue d’apporter des avantages socioéconomiques aux partenaires et aux utilisateurs finals au Canada et à l’étranger.

L’initiative de SITC-RCE a été créée en 2016. À l’issue du premier concours, des subventions totalisant 4,8 millions de dollars sur quatre ans (2017-2020) ont été accordées à trois nouveaux réseaux :

Healthy Young People Everywhere (réseau HYPE)
1,6 million de dollars pour 2017-2020
Siège social : Ottawa (Ontario)

Au Canada et partout dans le monde, les jeunes connaissent des problèmes de santé mentale et de toxicomanie sans précédent. On estime que près d’un jeune Canadien sur cinq souffre d’une maladie mentale qui peut être diagnostiquée, mais les services et les soins sont fragmentés, et les ressources ne sont pas suffisantes. Le réseau HYPE se penche sur les problèmes prioritaires pressants dans la prestation de services pour les troubles de santé mentale et de toxicomanie chez les jeunes et l’échange international des connaissances à ce sujet. Pour ce faire, il cerne les lacunes dans les connaissances et favorise l’échange des données. Les modèles intégrés de soins par paliers (MISP) assurent l’accès à des soins et à des traitements surveillés, coordonnés et adaptés aux besoins. Ces modèles semblent être le moyen rentable et privilégié qui est fondé sur les preuves pour traiter ces troubles. Avec plus de 100 personnes et organisations partenaires réparties partout au Canada et dans neuf autres pays, le réseau se concentre sur les buts suivants :

  • approfondir la compréhension des éléments de preuve;
  • aider à mettre en place une plateforme de données pour l’échange des connaissances;
  • accroitre l’utilisation des MISP à l’aide de différentes plateformes de diffusion;
  • utiliser un cadre scientifique pour intégrer les éléments de preuve à la pratique et aux politiques; et favoriser l’engagement des jeunes, des membres de la famille et d’autres intervenants.

International Collaboration for Excellence and Innovation in Mental Health in Corrections (réseau I-CEIsMIC)
1,6 million de dollars pour 2017-2020
Siège social : Toronto (Ontario)

Les études ont révélé que les problèmes de santé mentale sont plus fréquents et plus graves dans les établissements correctionnels par rapport à la population générale. Bien que l’on convienne que les détenus devraient avoir le même accès aux soins que l’ensemble de la communauté, les services restent relativement peu développés. Dirigé par deux importants centres canadiens de psychiatrie médicolégale (le Centre for Addiction and Mental Health à Toronto et le Forensic Psychiatric Hospital à Coquitlam (C.-B.), le réseau I-CEISMIC mobilise un réseau international et interdisciplinaire de chefs de file de la santé mentale dans les établissements correctionnels. Les activités du réseau portent sur la période allant des premiers démêlés avec la justice jusqu’à la réinsertion sociale. Elles visent à améliorer la santé des détenus, à accroitre la sécurité des établissements, à améliorer la sécurité publique et à réduire le fardeau économique de la criminalité. Afin de favoriser l’amélioration des services et la modification de politiques, le réseau I-CEISMIC met en œuvre et diffuse l’un de ses outils clés, son modèle de soins fondé sur les preuves STAIR (dépistage, triage, évaluation, intervention et réinsertion).

Supply Chain Advancement Network in Health (réseau SCAN Health)
1,6 million de dollars pour 2017-2020
Siège social : Windsor (Ontario)

Les couts du système de santé et la demande de soins pour les patients augmentent et excèdent maintenant la capacité d’offrir ces services. Par conséquent, l’erreur médicale est devenue la troisième principale cause de décès en Amérique du Nord. Le réseau Supply Chain Advancement Network in Health (réseau SCAN Health) réunira les capacités de recherche et l’expertise en matière de chaine logistique d’écoles de commerce, d’organisations du secteur privé, du milieu clinique et du secteur public de plusieurs pays, notamment des cliniciens, des chercheurs et des décideurs. Ce réseau mondial, qui englobe le Canada, les États-Unis, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et l’Australie, accélèrera et élargira la transformation de la gestion de la chaine logistique dans les systèmes de soins de santé afin d’en accroitre l’efficacité et d’améliorer les résultats des patients en matière de sécurité. Le réseau SCAN Health élaborera des processus d’inventaire efficaces et rentables afin d’assurer l’accès à des produits de santé et à des instruments de santé sur le marché mondial avec une traçabilité complète du fabricant jusqu’aux résultats des patients individuels.