Rseaux de centres d'excellence
Gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Marine Environmental, Observation, Prediction and Response Network - MEOPAR

53,5 millions de dollars pour 2012-2023
À propos   |   Nouvelles   |   En vedette   |   Vidéos
Marine Environmental, Observation, Prediction and Response Network

Siège social
Dalhousie University, Halifax (Nouvelle-Écosse)

Directeur scientifique
Douglas Wallace Douglas Wallace

Présidente du conseil d'administration
Karen Dodds Karen Dodds
Ancienne sous-ministre adjointe, Direction générale des sciences et de la technologie, Environnement et Changement climatique Canada

Protéger les Canadiens contre les dangers des océans


L’occasion

Certaines organisations, comme les administrations portuaires, les municipalités et les entreprises pétrolières et gazières, ont besoin d’évaluations précises et rapides des conditions maritimes, tant pour leurs activités courantes que les situations d’urgence. En outre, elles ont besoin de meilleurs outils pour prévoir et planifier les effets du changement climatique au cours des prochaines décennies. En raison de la longueur de ses côtes, de la dispersion de ses ressources pour les interventions d’urgence et de sa dépendance économique à l’égard des océans, le Canada est particulièrement vulnérable aux conditions extrêmes du milieu marin et aux situations d’urgence qui s’y produisent. Dans un rapport publié en 2013, le Conseil des académies canadiennes reconnaissait la compétence de longue date du Canada en science des océans, mais soulignait que cette compétence est dispersée dans diverses régions géographiques et diverses organisations dont le mandat et les priorités varient. On jugeait essentiel d’accroitre la coordination entre les parties prenantes et les disciplines scientifiques.

Comment MEOPAR saisit l’occasion

Le Marine Environmental Observation, Prediction and Response Network (MEOPAR) facilite l’établissement de partenariats entre les universités, le gouvernement, le secteur de l’assurance, le secteur pétrolier et gazier, le secteur du transport maritime, les entreprises de technologie océanique, les collectivités côtières et les organismes sans but lucratif en vue de réduire la vulnérabilité du Canada aux risques et aux situations d’urgence maritimes. MEOPAR finance de la recherche de pointe, multidisciplinaire et collaborative; forme la prochaine génération de professionnels du milieu maritime; et entretient des liens avec des partenaires, des intervenants et des utilisateurs finaux afin de prévoir les possibilités et les défis liés à un environnement océanique changeant, de planifier et de s’adapter en conséquence.

Quelques résultats

  • MEOPAR a travaillé en étroit partenariat avec Pêches et Océans Canada (POC) à établir et financer un programme pilote de système intégré d’observation des océans au Canada. Cette initiative comble d’importantes lacunes en ce qui concerne la place du Canada sur la scène internationale dans le domaine des océans. Elle réunit plusieurs centres d’excellence, la Fondation canadienne pour l’innovation et des universités de l’ensemble du pays.
  • MEOPAR a établi un modèle de financement d’appel de propositions pour des travaux de recherche réalisés en partenariat. Cela a mené à un accroissement de la recherche particulièrement conçue pour répondre aux besoins des partenaires et des utilisateurs finaux. Les ententes peuvent être conclues dans la perspective d’un partage des couts ou porter sur le développement et l’utilisation de nouvelles technologies. Par exemple, en partenariat avec exactEarth Ltd., MEOPAR soutient l’utilisation généralisée et de la formation relativement aux systèmes d’identification automatique, une nouvelle technologie qui utilise des satellites pour suivre les déplacements des navires partout dans le monde. Cette technologie permet au Canada de mieux comprendre la circulation maritime ainsi que les risques et les possibilités qui s’y rattache, particulièrement dans l’Arctique.
  • Les chercheurs de MEOPAR sont à la tête des efforts visant à réagir à la crise de la baleine noire de l’Atlantique Nord dans le cadre du projet WHaLE appuyé par le réseau dont le financement a récemment été renouvelé pour une période de trois ans. Les chercheurs travaillent étroitement avec Pêches et Océans Canada et des partenaires tels que l’Ocean Tracking Network pour répondre à la crise et appliquent leur recherche au secteur du transport maritime afin de réduire les répercussions des collisions entre les navires et les baleines.
  • Les chercheurs de MEOPAR de l’Université d’Ottawa ont établi un important domaine d’expertise lié au transport maritime dans l’Arctique, qui permet de s’assurer que les activités traditionnelles des collectivités autochtones du nord soient convenablement répertoriées dans l’Initiative des corridors de transport maritime dans le Nord. Leur travail initial qui portait sur trois collectivités en inclut maintenant 12 et continue d’attirer l’attention des intervenants et des partenaires.

Pour en savoir plus sur MEOPAR

 

Nouvelles
Le 9 juin 2021
Le 16 avril 2021
Le 8 avril 2021
Le 7 avril 2021
Le 22 février 2021
Le 27 janvier 2021
Le 21 janvier 2021
Le 28 octobre 2020
Le 9 octobre 2020
Le 25 septembre 2020
Le 21 septembre 2020
Le 8 septembre 2020
Le 17 août 2020
Le 31 juillet 2020
Le 13 juillet 2020
Le 1er mai 2020
Le 23 mars 2020
Le 9 mars 2020
Le 8 mars 2020
Le 6 mars 2020
Le 5 mars 2020
Le 4 mars 2020
Le 11 février 2020
Le 15 janvier 2020
Le 15 janvier 2020
Le 3 janvier 2020
Le 18 décembre 2019
Le 24 octobre 2019
Le 20 septembre 2019
Le 16 septembre 2019
Le 10 octobre 2018
Le 31 mai 2018
Le 4 avril 2018
Le 26 février 2018
Le 29 janvier 2018
Vidéos
Regardez la vidéo
Research profile: Dr. Max Liboiron
Le 14 juillet 2016
Le lien suivant vous amène à un autre site Web Regardez la vidéo (disponible en anglais seulement)
Regardez la vidéo
Marine Traffic and Noise in the Salish Sea
Le 9 mai 2016
Le lien suivant vous amène à un autre site Web Regardez la vidéo (disponible en anglais seulement)
Regardez la vidéo
Irving Shipbuilding and MEOPAR Award $1.8 million to Ocean Research
Le 15 février 2016
Le lien suivant vous amène à un autre site Web Regardez la vidéo (disponible en anglais seulement)