Rseaux de centres d'excellence
Gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Protéger les Canadiens contre les dangers des océans

Le défi :

Certaines organisations, comme les autorités portuaires, les municipalités et les entreprises du secteur pétrolier et gazier, ont besoin d’avoir des évaluations précises et rapides des conditions maritimes, tant pour réaliser leurs activités courantes que pendant les situations d’urgence. En outre, elles ont besoin d’outils améliorés pour prévoir et planifier les effets du changement climatique au cours des prochaines décennies. Le Canada est particulièrement vulnérable aux conditions extrêmes du milieu marin et aux situations d’urgence qui s’y produisent en raison de la longueur de ses côtes et de sa dépendance économique grandissante à l’égard des océans.

La réponse d’un RCE :

Lancé en 2012, le Marine Environmental Observation Prediction and Response Network (MEOPAR), situé à Halifax, travaille avec plusieurs organismes gouvernementaux, le secteur privé, des collectivités et des partenaires internationaux à l’élaboration et à la mise à l’essai de nouvelles technologies et stratégies qui aideront le Canada à mieux prédire les risques maritimes et à intervenir en situation d’urgence. La participation d’utilisateurs finaux au conseil d’administration et aux comités consultatifs du réseau MEOPAR assure la pertinence de ses travaux de recherche et la mise en application de ses résultats.

« Notre conseil d’administration nous met en contact avec les intervenants et les utilisateurs éventuels des résultats de la recherche, notamment des organismes gouvernementaux, des entreprises, des organisations non gouvernementales et des municipalités. Nous pouvons ainsi déterminer les besoins et les principaux défis en matière de recherche et collaborer afin d’y répondre. Par exemple, nous pourrions travailler en étroite collaboration avec Pêches et Océans Canada afin de mieux comprendre l’effet qu’aura le changement climatique sur les ressources vivantes de nos océans au cours des 10 ou 20 prochaines années, ou travailler avec des municipalités pour déterminer, à des fins de planification, les effets de l’élévation du niveau de la mer et du changement de la fréquence des ondes de tempête. »
Doug Wallace, directeur scientifique, MEOPAR

« Avoir recours à la science pour façonner la politique publique est un volet important de la mission du réseau MEOPAR. La capacité de mieux comprendre quand et comment les urgences maritimes se produiront influe sur les décisions que nous prenons aujourd’hui dans les domaines de l’économie, de la sécurité, de la planification, de la réglementation et de l’élaboration de politiques. Ces connaissances nous aideront également à prévoir les risques qui pèsent sur les écosystèmes marins et jetteront les bases de la planification stratégique de la gestion des ressources. »
Robert Walker, président du conseil d’administration du réseau MEOPAR et président-directeur général d’Énergie atomique du Canada limitée

« Environnement Canada est très intéressé à collaborer étroitement avec le réseau MEOPAR, par exemple pour l’aider à créer un système mobile de prévision atmosphère‑vague‑océan qui peut être installé n’importe où sur la côte canadienne dans les quelques heures qui suivent la survenue d’une urgence maritime. Le réseau MEOPAR nous donne la possibilité d’élaborer des systèmes de prédiction et d’observation en collaboration avec nos partenaires universitaires et nous ouvre de nouvelles perspectives d’activités. »
Charles Lin, membre du conseil d’administration de MEOPAR et directeur général de la Direction des sciences et de la technologie atmosphériques d’Environnement Canada