Rseaux de centres d'excellence
Gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

LEGS DU Groupement aéronautique de recherche et développement en environnement - GARDN

Financé de 2009 à 2021

Le lien suivant vous amène à un autre site Web www.gardn.org/fr/
Groupement aéronautique de recherche et développement en environnement

Contribution des RCE
26,4 millions de dollars

Siège social
Montréal (Québec)

Des aéronefs écologiques pour que le Canada soit concurrentiel à l'échelle mondiale


En 2015, le secteur canadien de l’aérospatiale a généré 211 000 emplois et contribué au produit intérieur brut à hauteur de 28 milliards de dollars. Pour demeurer concurrentiels dans ce marché d’exportation crucial, les fabricants canadiens doivent produire des aéronefs qui sont conformes à la nouvelle réglementation rigoureuse adoptée en Europe et dans de nombreux autres pays en matière d’environnement. En 2009, les principales entreprises aérospatiales du Canada ont collaboré avec des fournisseurs, des clients et des chercheurs du milieu universitaire et du gouvernement à la fabrication de matériaux légers, de carburants de remplacement et de moteurs silencieux pour produire une nouvelle génération d’avions, de moteurs et de systèmes d’avionique écologiques qui seront mis en service d’ici 2025.

Le Groupement aéronautique de recherche et développement en environnement (GARDN) était un consortium dirigé par l’industrie qui compte 40 partenaires des secteurs public et privé, dont les poids lourds Bombardier Aérospatiale, Pratt & Whitney Canada, Esterline CMC Electronics et Bell Helicopter Textron Canada. Il s’attaquait à ce qu’il appelle la « vallée de la mort » dans la chaine d’approvisionnement de l’innovation, qui englobe les premières étapes, préconcurrentielles, de la recherche sur les aéronefs, les moteurs et les systèmes d’avionique de la prochaine génération : la création du prototype, la mise à l’essai et la démonstration. Au cours de la première phase (2009-2014), le programme de recherche de GARDN a financé 17 projets portant sur la réduction des émissions, la réduction du bruit, l’exploitation des aéronefs, l’exploitation des aéroports, les carburants de remplacement, la gestion du cycle de vie, les matériaux et les procédés de fabrication. Au cours de la deuxième phase, le programme était axé sur trois grands objectifs de recherche, à savoir les systèmes de transport aérien propres, silencieux et durables. Seize projets ont été sélectionnés.

Quelques résultats

  • Deux projets du GARDN se sont avérés déterminants pour la nouvelle collaboration entre l’entreprise ukrainienne Antonov et Esterline CMC Electronics. Cette dernière dotera quelques aéronefs Antonov du système de gestion de vol et d’affichage CMA-9000, qui comporte une fonction GPS. Les profils verticaux optimisés contribuent à réduire les émissions de dioxyde de carbone et d’oxydes d’azote et donnent lieu à des économies de temps et d’argent du côté de l’exploitant.
  • En 2015, le GARDN a financé un projet qui consistait à développer la production de biocarburéacteur à partir de résidus forestiers selon un procédé thermochimique. Le projet avait pour objectifs de réduire les émissions liées à l’aviation, d’assurer la sécurité de l’approvisionnement et de stabiliser les prix.
  • Dans le cadre d’un projet du GARDN dirigé par LTA Aérostructures et l’École de technologie supérieure, on a développé des systèmes de propulsion électriques intégrés pour dirigeables en veillant à ce que les composants technologiques soient viables tant sur le plan commercial que fonctionnel, à ce qu’ils répondent aux critères d’homologation et à ce qu’ils puissent être pris en charge de manière rentable pendant leur durée de vie prévue.
  • Les projets financés au cours de la première phase du GARDN ont mené à la réalisation du premier vol commercial propulsé au biocarburant au Canada et du premier vol de jet civil propulsé au biocarburant pur à 100 % au monde.