Rseaux de centres d'excellence
Gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Cinq nouveaux centres d'excellence en commercialisation et en recherche

l'honorable Tony Clement

(Gauche) Jean-Claude Gavrel (Réseaux de centres d'excellence), Aaron Fenster (CImTeC), Charles Randell (CEO C-Core), Peter Zandstra (CCMR), Jim Maynard (Wavefront), Chad Gaffield (Conseil de recherches en sciences humaines), Le ministre de l’Industrie, l’honorable Tony Clement, Normand Bourbonnais (C2MI), Suzanne Fortier (Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada)


Créer une filière de commercialisation pour les nouvelles technologies médicales : Centre pour la commercialisation de la médecine régénératrice (CCMR), Toronto (Ontario)
Le Centre de commercialisation pour la technologie de l’image (CImTeC), à London, en Ontario réunit des experts en imagerie médicale du Canada
Leading Operational Observations and Knowledge for the North (LOOKNorth), St. John’s (Terre-Neuve-et-Labrador) : développer l’industrie canadienne des technologies de surveillance à distance
Le Centre de collaboration MiQro Innovation (C2MI), Bromont (Québec)
Nouveau point de contact du milieu sans fil :
le Wavefront Wireless Commercialization Centre de Vancouver (Colombie-Britannique)

Créer une filière de commercialisation pour les nouvelles technologies médicales : Centre pour la commercialisation de la médecine régénératrice (CCMR), Toronto (Ontario)

CCMRLe Centre pour la commercialisation de la médecine régénératrice (CCMR) est l’un des cinq nouveaux centres devant être appuyés par le gouvernement du Canada dans le cadre du concours du Programme des centres d’excellence en commercialisation et en recherche (CECR) de 2010. Le Programme des CECR est administré par le Secrétariat des Réseaux de centres d’excellence (RCE), qui appuie des partenariats de recherche fructueux qui ont été établis entre des universités, l’industrie, des organisations sans but lucratif et des organismes gouvernementaux.

Avec la somme de 15 millions de dollars sur trois ans qui lui a été accordée, le centre pourra s’attaquer aux obstacles auxquels fait face l’industrie canadienne de la médecine régénérative (MR), tel que l’octroi de licences à des entreprises de l’extérieur du Canada pour des technologies de MR aux premiers stades avant que leur valeur commerciale ne se réalise.

Situé à la University of Toronto, le CCMR réunit de grands spécialistes en MR de la University of Toronto et de la McMaster University, avec des chercheurs du Hospital for Sick Children, du University Health Network, de l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa et du Mount Sinai Hospital, afin d’accélérer la recherche et développement en MR et de créer une filière de commercialisation qui amène rapidement les technologies de MR sur le marché. Ces chercheurs travaillent à exploiter le potentiel des cellules souches, des biomatériaux et des molécules grâce à des technologies innovatrices pour traiter et peut-être guérir les cellules, les tissus et les organes malades.

Peter Zandstra, de l’Institute of Biomaterials and Biomedical Engineering de la University of Toronto, est le directeur scientifique du CCMR.

« Le CCMR sera un incubateur pour faire transformer les technologies de MR aux premiers stades en produits commerciaux, affirme M. Zandstra. Elles auront ainsi une valeur beaucoup plus élevée lorsqu’une licence leur sera octroyée ou qu’elles seront intégrées dans des entreprises canadiennes. Notre but est de créer une grappe d’entreprises de MR établies en Ontario et dans d’autres régions du Canada pour pouvoir profiter de l’excellente recherche scientifique et des travaux innovateurs en MR qui sont effectués dans nos établissements partenaires. »
 
Le CCMR misera sur les partenariats établis avec le secteur privé et tirera profit de ses importantes ressources. Il attirera des investissements publics importants et de grands spécialistes et produira une propriété intellectuelle substantielle. Cela positionnera le Canada comme le meilleur endroit au monde où investir en MR. Les produits de grande valeur et les médicaments de la prochaine génération permettront de traiter un bon nombre des maladies dévastatrices qui affectent notre population vieillissante et changeront le paradigme des soins de santé au Canada.

Le Programme des CECR est une initiative des trois organismes subventionnaires fédéraux – le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) – en partenariat avec Industrie Canada.


Le Centre de commercialisation pour la technologie de l’image (CImTeC), à London, en Ontario réunit des experts en imagerie médicale du Canada

CImTeCLe Centre de commercialisation pour la technologie de l’image (CImTeC) est l’un de cinq nouveaux centres à recevoir du financement du gouvernement du Canada à l’issue du concours de 2010 du Programme des centres d’excellence en commercialisation et en recherche (CECR). Le Programme des CECR est administré par le Secrétariat des Réseaux de centres d’excellence (RCE) qui appuie des partenariats en recherche fructueux qui ont été établis entre des universités, l’industrie, des organisations sans but lucratif et des organismes gouvernementaux.

Le CImTeC a reçu une subvention de 13,3 millions de dollars sur cinq ans qui permettra à ses membres d’aider les entreprises d’imagerie médicale canadiennes à franchir les obstacles, tels que l’accès limité aux appareils d’imagerie médicale, qui les empêchent de commercialiser rapidement les technologies d’imagerie diagnostique développées par des universités et des centres de recherche canadiens.

Dans le monde entier, on a recours à des technologies d’imagerie diagnostique – telles que les ultrasons, l’imagerie par résonance magnétique et la tomodensitométrie – dans plus du quart des cas médicaux. En 2008, le marché mondial de ces technologies était estimé à plus de 20 milliards de dollars.

Le CImTeC aidera les petites et moyennes entreprises (PME) à s’emparer d’une plus grande part de ce marché en réunissant des chercheurs et des experts techniques canadiens en imagerie médicale et en leur donnant un meilleur accès aux ressources et à l’infrastructure. Cette concentration des ressources permettra non seulement d’accélérer la recherche et développement dans le secteur de l’imagerie médicale, mais également d’attirer de nouveaux investissements des secteurs public et privé, de créer des emplois, de favoriser la croissance économique et de créer une propriété intellectuelle précieuse.

Selon M. Aaron Fenster, directeur du CImTeC, le centre changera le paysage du secteur des technologies d’imagerie médicale en aidant les PME à prospérer et en accélérant le flot d’innovations issues des universités.

« Nous aimerions faire du Canada, particulièrement de l’Ontario, un centre d’activité en imagerie médicale, a affirmé M. Fenster. Une fois que nous aurons attiré une grappe fructueuse de PME, le processus s’enclenchera de lui-même pour générer plus d’innovations et accroître la commercialisation. »

Les installations du CImTeC seront situées dans les deux plus grands centres d’imagerie médicale au Canada, qui figurent également parmi les plus importants au monde, soit à la University of Western Ontario, à London, l’établissement d’accueil, et au Sunnybrook Health Sciences Centre, à Toronto. Le CImTeC constitue la meilleure occasion pour le secteur canadien de l’imagerie médicale d’établir et de maintenir un leadership mondial en matière d’innovation et de développement technologique et de produire des retombées considérables sur l’économie et le système de soins de santé.

Le Programme des CECR a été mis en place par les trois organismes subventionnaires fédéraux, soit le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) et les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), en partenariat avec Industrie Canada.


Leading Operational Observations and Knowledge for the North (LOOKNorth), St. John’s (Terre-Neuve-et-Labrador) : développer l’industrie canadienne des technologies de surveillance à distance

LOOKNorthLe centre Leading Operational Observations and Knowledge for the North (LOOKNorth) est l’un des cinq nouveaux centres à recevoir du financement du gouvernement du Canada à l’issue du concours de 2010 du Programme des centres d’excellence en commercialisation et en recherche (CECR). Le Programme des CECR est administré par le Secrétariat des Réseaux de centres d’excellence (RCE) qui appuie des partenariats de recherche fructueux qui ont été établis entre des universités, l’industrie, des organisations sans but lucratif et des organismes gouvernementaux.

LOOKNorth est une initiative du Centre for Cold Ocean Resources Engineering (C-CORE), une société canadienne de recherche et développement établie à la Memorial University of Newfoundland, à St. John’s (Terre-Neuve-et-Labrador). Une somme de 7,1 millions de dollars sur cinq ans a été accordée au centre afin de permettre à son réseau de partenaires de l’industrie et du secteur de la recherche de faire fond sur l’industrie canadienne des technologies de surveillance afin d’aider à assurer un développement sûr et durable des ressources dans les régions nordiques éloignées, difficiles d’accès et écologiquement sensibles.

LOOKNorth se concentrera d’abord sur la technologie d’observation de la Terre (OT) par satellite, puisqu’elle pourrait bien fournir les renseignements requis pour faire progresser les projets d’exploration et de développement malgré les obstacles réglementaires, environnementaux et économiques.

Charles Randell, président-directeur général de C-CORE, affirme que de nombreuses entreprises canadiennes d’OT, en raison de leur assez petite taille (effectifs comptant moins de 25 employés), ont une capacité limitée de prendre de l’expansion en dehors de leur créneau de marché. LOOKNorth aidera les petites et moyennes entreprises (PME) canadiennes à se développer en offrant des ressources et en servant de filière de commercialisation pour de nouvelles technologies novatrices à l’appui du secteur des ressources naturelles.  

« LOOKNorth aidera les PME canadiennes en définissant les besoins de l’industrie, en produisant des analyses de rentabilisation pour les nouvelles technologies qui répondent à ces besoins, en appuyant le développement de la technologie et en créant des occasions de s’assurer des marchés », a indiqué M. Randell.

En aidant les PME à exporter des produits et des services à haute valeur sur un marché international qui s’intéresse de plus en plus aux ressources et aux activités dans le Nord, LOOKNorth aidera également à positionner l’industrie canadienne des technologies de surveillance comme un chef de file international.

Le Programme des CECR est une initiative des trois organismes subventionnaires fédéraux, soit le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, les Instituts de recherche en santé du Canada et le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, en partenariat avec Industrie Canada.


Le Centre de collaboration MiQro Innovation (C2MI), Bromont (Québec)

MIC2Le Centre de collaboration MiQro Innovation (C2MI) est l’un des cinq nouveaux centres à recevoir du financement du gouvernement du Canada à l’issue du concours de 2010 du Programme des centres d’excellence en commercialisation et en recherche (CECR). Le Programme des CECR est administré par le Secrétariat des Réseaux de centres d’excellence (RCE) qui appuie des partenariats de recherche fructueux qui ont été établis entre des universités, l’industrie, des organisations sans but lucratif et des organismes gouvernementaux.

Le C2MI touchera 14,1 millions de dollars sur cinq ans. Ses membres pourront ainsi favoriser l’essor de l’industrie de la microélectronique au Québec et ailleurs au pays, ce qui créera de la richesse et des emplois dans le secteur du savoir.

Le Canada est un lieu de prédilection pour la haute technologie. L’industrie microélectronique nationale se chiffre maintenant à 4,1 milliards de dollars. Les composants électroniques, en particulier les circuits intégrés ou puces, constituent la partie la plus importante de tous les appareils de haute technologie, depuis les technologies grand public comme les ordinateurs personnels jusqu’à celles de demain comme les puces de GPS cousues dans les vêtements d’enfants.

D’après Normand Bourbonnais, directeur du C2MI, la synergie des partenariats aidera à mettre au service des petites et moyennes entreprises (PME) un vaste bassin de travailleurs compétents qui créeront des innovations.

« Les PME pourront perfectionner leurs compétences et elles auront accès à des ressources pour mettre en place des plans d’affaires stratégiques, à une protection des droits de propriété intellectuelle ainsi qu’à des conseils et à du financement pour la commercialisation », explique M. Bourbonnais.

Le C2MI a été établi grâce à un investissement initial de 218 millions de dollars de ses trois partenaires fondateurs, soit l’Université de Sherbrooke, IBM Canada Ltée et DALSA Semiconducteur, ainsi que du gouvernement fédéral et du gouvernement du Québec. Le Centre est situé à Bromont, au Québec, où IBM exploite son usine d’assemblage de puces électroniques la plus importante du monde. C’est d’ailleurs là qu’elle exécute la plupart de ses opérations internes d’assemblage à valeur ajoutée et des essais de ses produits particulièrement complexes sur le plan technologique.

En encourageant le déploiement d’une chaîne d’innovation intégrée en microélectronique, le C2MI offrira de nouvelles possibilités de formation pour les chercheurs universitaires, accélérera la commercialisation internationale des innovations canadiennes, stimulera le développement et favorisera la création d’entreprises de microélectronique au Canada.

Le Programme des CECR est une initiative des trois organismes subventionnaires fédéraux, soit le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, les Instituts de recherche en santé du Canada et le Conseil de recherches en sciences humaines, en partenariat avec Industrie Canada.


Nouveau point de contact du milieu sans fil :
le Wavefront Wireless Commercialization Centre de Vancouver (Colombie-Britannique)

New Wireless ConnectionsLe Wavefront Wireless Commercialization Centre est l’un des cinq nouveaux centres à recevoir du financement du gouvernement du Canada à l’issue du concours de 2010 du Programme des centres d’excellence en commercialisation et en recherche (CECR). Le Programme des CECR est administré par le Secrétariat des Réseaux de centres d’excellence (RCE) qui appuie des partenariats de recherche fructueux qui ont été établis entre des universités, l’industrie, des organisations sans but lucratif et des organismes gouvernementaux

Une somme de 11,6 millions de dollars sur cinq ans a été octroyée au Wavefront qui devient ainsi l’entité unificatrice de l’industrie canadienne du sans fil. Le Wavefront permettra aux petites et moyennes entreprises (PME) d’avoir accès à des ressources normalement hors de leur portée et contribuera à la création de liens entre les chercheurs des établissements postsecondaires canadiens qui ont des innovations rentables sur le plan commercial et des partenaires industriels convenables. Cette approche en matière de commercialisation renforcera la collaboration au pays, contribuera à la croissance des entreprises et de l’économie et créera des emplois.

Alors que le marché mondial des produits de l’industrie des télécommunications sans fil atteint le billion de dollars, le Wavefront permettra aux entreprises canadiennes de réussir à l’échelle mondiale, de profiter de la prochaine vague d’innovation des télécommunications sans fil et de favoriser la stratégie sur l’économie numérique du Canada. 

James Maynard est le directeur du Wavefront. Il affirme que le centre relèvera plusieurs défis auxquels est confrontée l’industrie canadienne du sans fil, tels que comprendre les marchés mondiaux et les produits et les services novateurs qui jettent un pont entre les normes multiples du sans fil en constante évolution.

« Nous espérons créer une seule et même bannière pour les PME canadiennes du sans fil qui transcende les frontières régionales, a indiqué M. Maynard. Elle offrira un point de contact unique aux marchés mondiaux du sans fil pour découvrir les occasions d’affaires et exploiter l’énorme capacité des grappes de développement du sans fil dans toutes les régions du Canada. »

Le Wavefront a déjà établi 20 partenariats internationaux conçus pour accélérer l’entrée du milieu canadien des PME œuvrant dans le sans fil sur le marché mondial et travaille actuellement avec 27 universités de toutes les régions du Canada afin de les aider à transformer leur recherche en produits et en services commercialement viables. 

Le Programme des CECR est une initiative des trois organismes subventionnaires fédéraux, soit le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, les Instituts de recherche en santé du Canada et le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, en partenariat avec Industrie Canada.