Et si nous pouvions traiter et prévenir les maladies d’enfance?

Réseau des allergies, des gènes et de l'environnement – AllerGen (RCE)

 

Le défi : On dit souvent aux parents de limiter l’exposition de leur enfant à des choses qui peuvent leur faire du tort. On leur dit aussi de ne pas surdésinfecter l’environnement de leur enfant parce que l’exposition à la poussière et aux germes peut être bénéfique pour son système immunitaire. Que savent les scientifiques au sujet du système immunitaire en développement et des causes des allergies, de l’asthme et des maladies chroniques comme l’obésité, le diabète et les maladies cardiovasculaires?

La réponse : L’étude longitudinale nationale sur le développement des enfants en santé (Canadian Healthy Infant Longitudinal Development ou étude CHILD), qui porte sur une cohorte de naissances composée de 3 500 enfants canadiens et de leur famille et qui est financée par le réseau AllerGen et les Instituts de recherche en santé du Canada, cerne des substances qui affectent la santé et le bienêtre à long terme d’un bébé qui y est exposé : respirer les émanations des voitures pendant la petite enfance peut accroitre le risque d’allergies; manger très tôt des aliments potentiellement allergènes (œufs, arachides, lait) réduit le risque de devenir allergique à ces aliments; consommer des boissons hypocaloriques pendant la grossesse peut accroitre le risque d’obésité chez un bébé; et consommer des fruits pendant la grossesse favorise le développement cognitif du bébé.

En nous servant des échantillons biologiques et des données de l’étude CHILD, nous avons pu démontrer que la présence en début de vie de quatre types de bactéries intestinales influe considérablement sur le risque ultérieur d’asthme. Brett Finlay, chercheur du réseau AllerGen, University of British Columbia