Rseaux de centres d'excellence
Gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Établissement d’un centre d’excellence en commercialisation et en recherche (CECR)

Un CECR est une société sans but lucratif établie par une université, un collège, un organisme de recherche sans but lucratif, une entreprise ou une autre partie non gouvernementale intéressée qui contribue à nouer des liens entre les pôles d’expertise en recherche et le milieu des affaires et à mettre en commun le savoir, l’expertise et les ressources pour lancer plus rapidement les nouvelles technologies sur le marché. Ces centres à coûts partagés stimulent de nouvelles activités de commercialisation qui n’auraient probablement pas eu lieu sans le Programme des CECR. 

 

Que peut faire un candidat avant le lancement d’un concours?

Mobiliser très tôt les partenaires sectoriels

  • Le Programme de CECR exige un engagement de la part des partenaires du centre proposé à égaler l’investissement fédéral. Les demandes de qualité font état de plusieurs partenariats et d’engagements financiers établis à l’appui des activités proposées du CECR. Pour que les fonds soient pris en compte dans la demande, ils ne peuvent servir à financer une activité en cours avant le financement du CECR. Il doit s’agir de nouveaux investissements destinés à appuyer de nouvelles activités. Les engagements des partenaires doivent être précisés dans les lettres d’appui du candidat.
  • Lorsqu’un candidat demande à une organisation de lui fournir une lettre d’appui, il devrait donner à l’organisation un délai raisonnable pour évaluer et traiter la demande.

Envisager des structures et des membres adéquats qui assureront une gouvernance et une gestion efficaces

  • Les structures de gouvernance et de gestion proposées devraient être efficaces. En outre, l’équipe responsable doit posséder les atouts nécessaires pour atteindre les objectifs du centre. On recommande d’établir un nouvel organisme indépendant sans but lucratif plutôt qu’une succursale d’une organisation en place afin que la mission et le mandat soient clairement définis.

 

Selon les comités d’évaluation, quels sont les points faibles les plus communs?

À l’étape de la lettre d’intention

  • Les sources de revenus visant à assurer l’autonomie ne sont pas décrites de manière convaincante.
  • La lettre d’intention serait plus solide si elle faisait état de plus d’appui de la part de l’industrie.
  • Les avantages concrets pour le Canada ne sont pas expliqués adéquatement.
  • Les mesures du rendement, les objectifs et les jalons s’y rapportant ne sont pas bien définis.
  • Les lettres d’appui n’indiquent pas d’engagement ferme en ce qui concerne les contributions en espèces ou en nature pour l’ensemble du cycle de financement du centre.
  • Le plan d’affaires et le plan financier ne sont pas suffisamment détaillés.

À l’étape de la demande

  • Le centre proposé devrait compter des personnes ayant plus d’expertise en affaires.
  • La demande manque de renseignements sur la participation requise des principaux partenaires industriels pour démontrer la demande du marché.
  • La demande serait plus solide si la stratégie en matière d’exploitation et de gestion de la propriété intellectuelle était plus claire.
  • Le conseil d’administration doit mieux représenter le secteur, et devrait posséder l’expertise nécessaire pour assurer la réussite du centre.
  • Le plan d’affaires n’est pas assez détaillé.
  • La demande ne montre pas de façon adéquate comment le centre tirera parti des initiatives du milieu postsecondaire et du gouvernement dans le secteur.
  • L’analyse de la concurrence et l’analyse du marché ne sont pas convaincantes.
  • Les stratégies d’atténuation du risque ne sont pas bien conçues.
  • La stratégie de gestion des conflits d’intérêts est mal présentée.

 

Ressources utiles

Assurez-vous de vous inscrire aux alertes au sujet des concours pour être informé du lancement du prochain concours.